La lecture publique en prison, une autre action de la MDE

AddThis Social Bookmark Button
Imprimer

light-black-and-white-white-window-glass-dark-1088841-pxhere.comLa médiathèque départementale de l'Eure (MDE) travaille en partenariat avec le service pénitentiaire d'insertion et de probation (SPIP) et la Ligue de l'enseignement de Normandie, afin d'organiser l'accès à la lecture publique pour les détenus de la maison d'arrêt d'Evreux.
Cette collaboration, en place depuis 2012, permet à la bibliothèque de la prison d'Evreux d'emprunter 300 ouvrages par an à la médiathèque départementale.


David Donnat, bibliothécaire référent de la médiathèque départementale, nous parle de cette mission :

"Nous travaillons essentiellement avec la coordinatrice des actions culturelles du SPIP. Deux fois par an, elle vient à la MDE avec le directeur de l'école de la maison d'arrêt d'Evreux, pour renouveler les ouvrages qui seront ensuite mis à disposition des détenus."

Le savoir-faire de la MDE à l'œuvre entre les murs de la prison

"En tant que référent pour la maison d'arrêt, je m'y rends environ 12 fois par an. Grâce à notre collaboration, la bibliothèque de la prison d'Evreux est devenue un espace plus convivial qu'auparavant, à l'image de ce qui est préconisé pour les bibliothèques de territoire. Elle est gérée par un détenu, recruté pour exercer le rôle d'auxiliaire de bibliothèque. Sa candidature est retenue en fonction de critères de comportement, de compétences, de niveau d'étude, mais aussi en fonction du temps de peine restant à effectuer afin d'assurer une certaine stabilité au suivi de la bibliothèque. Depuis 8 ans que j'assure cette mission, 5 auxiliaires seulement se sont ainsi succédé".

"Je rencontre régulièrement l'auxiliaire de bibliothèque, uniquement dans la prison. Je l'accompagne et le conseille dans l'organisation et la gestion du prêt. Je rencontre également les détenus qui fréquentent la bibliothèque. Ils bénéficient d'une offre de lecture diversifiée, mais ici plus qu'ailleurs, je constate l'emprunt de documentaires : les ouvrages contenant de belles photos de paysages par exemple, sortent beaucoup… et aussi la poésie. Certains détenus m'ont confié s'en inspirer pour écrire à leur épouse, à leur famille…"

"La bibliothèque de la prison est ouverte à tous les détenus, tous les jours, par tranche de 2 ou 3 heures, matin et après-midi."

Des actions culturelles complémentaires avec les partenaires

"En parallèle de l'accès à la bibliothèque, les détenus peuvent participer au prix "hors les murs" consacré à la bande dessinée et organisé par le festival de Darnétal, des libraires normands et Normandie livre et lecture. Ils peuvent lire des BD sélectionnées, voter pour celles qu'ils préfèrent et leurs auteurs se verront décerner un prix en septembre.

C'est pourquoi j'anime également au printemps, des ateliers d'initiation à la bande dessinée : 3 séances d'une heure trente pour découvrir l'histoire de la BD, acquérir des connaissances pour affiner son choix, développer un point de vue."

Le ciné-club, un projet made in MDE, qui prend forme en 2019

"J'envisageais depuis un certain temps de monter une activité ciné-club au sein de la prison. C'est chose faite cette année.

Au 1er trimestre 2019, sur le modèle des ateliers BD, j'ai animé des ateliers manga, pour préparer aux séances de film d'animation japonais. Ce fut une bonne expérience qui a permis la poursuite du projet de ciné-club. Celui-ci proposera donc une thématique différente 4 fois par an et fonctionnera au rythme de 4 séances par trimestre.

Je choisis moi-même un film pour la première séance thématique : par exemple pour la comédie britannique, j'ai projeté Monty Python le sens de la vie, et puis je propose 2 titres pour la séance suivante. Les détenus votent pour le film qu'ils verront la prochaine fois.

Chaque séance débute par une présentation du film qui est ensuite projeté et se termine par un débat. Les séances ont lieu le matin ou l'après-midi et sont limitées à 20 détenus. Pour la dernière projection, 68 détenus ont exprimé le souhait de participer mais seulement 18 en ont reçu l'autorisation. Cependant, leur vie étant rythmée par de nombreuses obligations auxquelles ils ne peuvent déroger, en moyenne une dizaine participent au final à chaque séance.

Prochainement, j'ai l'intention de leur présenter des courts-métrages diffusés dans le cadre de l'Eure fait son cinéma, une action culturelle du Département intégrée aux missions de la MDE."

Une aventure professionnelle et humaine

"J'apprécie vraiment ce travail collaboratif avec les services pénitentiaires. J'ai découvert à la fois la dureté de l'univers carcéral, les conditions de détention qu'on n'imagine pas forcément de l'extérieur, mais j'en apprends aussi beaucoup sur l'humain. Pour le moment je me suis toujours senti en sécurité dans le cadre de ces missions.

Je serai sûrement amené à passer le flambeau un jour, mais pour l'instant je souhaite continuer."

Consultez l'article de l'Association des bibliothécaires de France "La bibliothèque de prison : un droit pour les personnes détenues".